Bagad

kemperle02.jpg Quimperlé (Kemperle en langue bretonne) ville de 12 000 habitants est située en Bretagne sud dans le département du Finistère. Sa proximité géographique avec le Morbihan lui confère une place de choix entre le pays de l’Aven et le Vannetais : deux terroirs incontournables du paysage culturel breton.

Dans les rues de la ville résonne encore les notes du célèbre Mathurin FURIC, plus connu sous le nom de Matilin An dall, sonneur de bombarde aveugle du XIXème siècle et figure emblématique des sonneurs de tradition de cette région de l’aven, dans le sud du Finistère. Un autre nom célèbre de Quimperlé est d’ailleurs rattaché à la culture bretonne dans son intégralité : Théodore HERSART DE LA VILLEMARQUE, écrivain du Barzaz Breiz, recueil manuscrit de la littérature orale de la basse Bretagne. Quimperlé est donc au centre de l’agitation culturelle bretonne.

matilin_dall.jpg

C’est à l’occasion de la pose d’une plaque commémorative en l’honneur de l’illustre sonneur que naît l’idée d’un bagad quimperlois. Ainsi, nait la Kevrenn Duik en 1949, à l’instigation de Robert FAVENNEC et Georges HOTTE, créant ainsi une des premières formations de ce type en bretagne. En effet, en cette période d’après-guerre, un nouveau mouvement musical venait de voir le jour sous l’impulsion d’une poignée de sonneurs d’un nouveau genre, dont le désormais célèbre Polig MONTJARRET.

Deux ans plus tard, en 1951, le bagad se classe premier ex-aequo avec la Kevrenn C’hlazik (Quimper) au concours organisé lors des fêtes de la fôret de Toulfoën, le pardon des oiseaux.

En 1976, le bagad accède en première catégorie sous la houlette d’une nouvelle équipe ménée par Pierrick TANGUY, Jean-Pierre MOING et Jean-Pierre MENEGHIN.

l’intégralité de la suite de 1976,
enregistrée à Lorient :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Dans les années 80, le bagad commencé à s’ouvrir vers d’autres genres musicaux que celui typiquement Breton. Le Bagad se produit et enregistre avec des Jazzmen de classe internationale, tel que le contre-bassiste Henri TEXIER, le clarinettiste Louis SCLAVIS, le batteur Jacques MAHIEUX ou encore les tubistes Michel GODARD et Marc STECKAR.

Rigolo / Rigole pas ! Extrait du CD Kejadenn,
marquant le point culminant de toutes ces rencontres Jazzy.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

1989, Premier titre

Cette équipe verra ses efforts récompensés en 1989 par son premier titre officiel de champion de Bretagne des Bagadoù. Concours mémorable où sonneurs et batteurs s’étaient présentés devant le public lorientais en habits de Chouans et uniformes de soldats de la République! Bicentenaire oblige…

La suite intégrale de Lorient 1989,
Enregistrement B.A.S

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Lorient_1989.jpg

En 1995, la création nommée « Bagadoù du Tonnerre », en collaboration avec le Bagad Brieg et le Bagad Locoal-Mendon, met en oeuvre un concert complet, présenté aux Tombées de la Nuit (Rennes), aux Vieilles Charrues (Carhaix), ou encore à la Villette (Paris).

A la fin des années 90, l’arrivée de Christophe MORVAN lance le bagad dans une phase différente, avec la collaboration avec des artistes de Pop-Rock, tels que Nomadi (Italie), Celtas-Cortos (Espagne), Magma, et Jean-Jacques GOLDMAN, ou des participations à des productions importantes, telles qu’Excalibur ou Gaia, dirigés par Alan SIMON, comprenant des artistes de renommée mondiale, tels que Zucchero ou Supertramp. Cette nouvelle voie inspira largement le bagad en présentant des suites quelque-peu « Rock’n Roll » ou encore teintées de Jazz lors des concours de Bagadoù.

Cé un ré
Extrait d’une des participations avec Nomadi.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Entre 1992 et 2003, Le Bagad organise le festival « Musiques Mosaique », dont le titre reflète la volonté du groupe de créer un grand espace musical. Les groupes Celtas Cortos, Soldat Louis, Les Trompettes du Mozambique, Skolvan et bien d’autres s’y sont d’ailleurs produit.

En 1998, le Bagad s’est agrandi en créant un « ensemble école » pour former de jeunes musiciens: le Bagadig qui obtient d’excellents résultats lors des concours.

Brest_2006_03.jpgAujourd’hui, l’ensemble au grand complet est fort de 45 musiciens et de 30 années d’expérience parmi l’élite des Bagadoù.

La musique du Bagad Bro Kemperle est écrite comme pour un orchestre, arrangée pour les instruments traditionnels : cornemuse écossaise, bombarde, caisse claire écossaise et percussions.

Grâce à toutes ces rencontres et expériences, le Bagad Bro Kemperle a su développer une musique celtique dans un paysage contemporain. Sa participation à des spectacles de jazz, son parti pris d’alterner écritures modernes et traditionnelles lui a forgé une identité musicale toute particulière.

Cela ne l’empêche pas de jouer de la musique à danser pour animer des Festoù Noz, des marches pour défiler, des mélodies pour rêver …
La musique du Bagad Bro Kemperle témoigne d’une culture vivante, forte de ses racines et créative, bravant les lois de l’uniformisation et ouverte à toutes les cultures.

» Consultez toutes les archives